Conte coquin dans les Cantons de l’Est


                                                  
Dans cette jolie région fréquentaient par nombre de touristes et d’épicuriens nous trouvons : une belle route des vins, des produits locaux, une nature verdoyante et des gens accueillants.   Par un heureux hasard, le bédéiste/scénariste Simon Labelle a choisi d’y transposer la mythologie sous forme de bacchanales, et croyez- moi, c’est joyeux ! Parce que les Bacchantes d’Euripide, texte très ancien de 405 AV JC raconte le retour de Dionysos à Thèbes et plus encore, une sombre histoire de vengeance. D’un culte à l’autre, nous ne ferons pas de mauvais jeux de mots, Le pouvoir et l’ivresse ( Glénat)
                                          

 s’inspire de cette histoire classique, par une transposition habile dans Thèbes ( Cantons de l’Est), tout en respectant les codes d’usage.
Pourquoi la mythologie ?
Homme discret au sourire énigmatique, Simon Labelle nous a confié que «  le sujet était immortel. J’aime les Cantons de l’Est et l’opposition entre Dionysos aux origines inconnues le maire de la petite ville en question me semblait tout à propos. C’est aussi un formidable thème sur l’intolérance,  et l’inconnu   ». Parce que nous sommes amateurs de dessins et de graphisme, dites- vous bien, que Simon Labelle a un sacré coup de crayon. Tout en finesse, faisant resurgir 
                                                  

                                               

parfois,des illustrateurs du passé, ce conte semi-fantastique, ambitieux et gouleyant comme le bon vin qui suinte,  est une réussite exemplaire. 

                                      
                                                   

Si nous avions à faire à promotion des vignobles de ce coin de pays, les illustrations de Simon Labelle nous viendraient immédiatement à l’esprit.

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Paul à la maison : Quelqu'un a des nouvelles de Paul ?

Le temps d’une famille

Des BD sous le sapin